Accueil » Recherche » Terrorisme

31/08/2021

 

Le risque terroriste aux Jeux Olympiques : le cas de la France en 2024  - Par Justin Felio

 

" Les Jeux Olympiques sont, par leur nature, des événements extrêmement importants sur la scène internationale. Ils permettent à certains de construire une stratégie de communication, d’influence et de soft power. Mais, paradoxalement, cette importance fait que les Jeux sont aussi une « caisse de résonnance » pour quiconque souhaiterait délivrer un message au monde. Il en découle donc de nombreux risques, parmi lesquels nous comptons la menace terroriste, qui est devenue depuis 2001 le risque le plus préoccupant, poussant les États organisateurs à tout mettre en œuvre pour se protéger de ce risque. Pour comprendre cela il faut d’abord étudier les cas où des terroristes ont réussi à frapper les Jeux Olympiques, afin de pouvoir mieux analyser les menaces qui pèsent sur les Jeux et faire un parallèle avec le cas de la France, pays-hôte en 2024. (...)"

03/08/2021

 

Les processus psychologiques du terrorisme : la phase de recrutement, la propagande et la mise en scène des attaques terroristes - Par Ambre Réau

 

"La phase de radicalisation chez les adolescents passera par plusieurs étapes, d’un point de vue psychologique : un manque de confiance en soi, une phase d’isolement, un engagement à l’ordre du complot puis une initiation à la haine et la violence. Le terme « initiation » dirige le phénomène terroriste en une sorte de dérive sectaire. Concernant le terrorisme islamiste, le désir utopique permettra de garder les adeptes dans ce cadre de rédemption. Cette logique d’enfermement que subissent les terroristes conduisent à une stratégie de rachat visant à une banalisation de la violence voire de la mort (exemple : attentats-suicides), constituant le terrorisme comme une arme invulnérable et puissante.

La mise en place de la suprématie idéologique ne s’arrête pas à la radicalisation et au recrutement. En effet, une phase de propagande se dressera à travers les médias et internet, ainsi que la visibilité et l’esthétique des actes terroristes (...)"

20/07/2021

 

Quand l’hydre terroriste s’empare du “Pays des Hommes Intègres” - Par Oscar Bouquillon

 

"L’aggravation du conflit amorce une spirale de la violence ou les FDS, secondées par des milices d’autodéfenses populaires issues des ethnies Mossi et Foulsé, répondent aux attaques en réprimant violemment certaines franges de la population civile qu’elles accusent de collusion avec les terroristes islamistes étrangers - notamment la communauté peule - ce qui vient communautariser le conflit sur des lignes ethniques. Ainsi, la seule localité de Djibo (dans la province du Soum) a connu plus de 210 exécutions sommaires perpétrées par les FDS sur les populations civiles entre novembre 2019 et juin 2020. Les FDS et les groupes terroristes sont ainsi chacun responsables de plus de 37% des décès de civils, d’autres 18% sont imputables aux milices d’autodéfenses[1].  Les localités les plus impactées par les combats depuis le mois d’août 2020 sont Barani et Nouna dans la région de la Boucle du Mouhoun, Matiacoali et Kantchari dans l’est, et Tongomayel et Baraboulé dans le Sahel (...)".

06/07/2021

 

Gestion des détenus extrémistes et prévention de la radicalisation dans le milieu carcéral au Maroc - Par Nizar Derdabi

 

"Le Maroc a lui aussi été confronté à cette problématique de gestion des détenus extrémistes et du risque de radicalisation au sein de ses prisons dès 2003. Durant la soirée du 16 mai 2003, la ville de Casablanca a été secouée par cinq attentats commis à peu près simultanément par 14 kamikazes munis de ceintures explosives qui ont semé la mort, la terreur et le désarroi dans la capitale économique du royaume. Le bilan très lourd de ces attaques terroristes, 42 morts et plus d’une centaine de blessés, a révélé l’ampleur de l’enracinement de la nébuleuse islamiste au Maroc, principalement dans les banlieues les plus pauvres et marginalisées des grandes villes. La vague d’arrestations qui a suivi les attentats de Casablanca en 2003 a confronté la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) à une situation inédite à laquelle ses fonctionnaires n’étaient pas préparés."

22/06/2021

 

Neutralisation d'Iyad Ag Ghali, propagande et opportunité de sortie de crise - Par Pierre-Olivier Monteil

 

"Les puissances régionales périphériques (Algérie, Libye, Nigeria) sont en crise politique et n’ont pas apporté de soutien, pas plus qu’elles n’ont engagé de forces armées dans la lutte anti-terroriste. L’Algérie pourrait prochainement envoyer un contingent de l’Armée Nationale Populaire – ANP – pour renforcer la MINUSMA. Par amplification, comme un renfort des influenceurs négatifs, plus la communauté internationale s’est intéressée à la question sahélienne, plus la situation s’est dégradée.

Force est de constater que la MINUSMA et la FCG5S ont eu peu d’effet sur le terrain, ont peu soutenu l’effort de Barkhane, ou ont provoqué de nouveaux troubles."

08/06/2021

 

La République islamique d'Iran et le financement de groupes terroristes au Moyen-Orient - Par Bertrand Petitier

 

"Montrant son soutien à ces différents groupes qualifiés de terroristes par plusieurs organisations internationales et plusieurs États, la République islamique d'Iran provoque de nombreuses critiques et ce depuis la naissance du régime islamique en 1979. En effet, Téhéran est souvent pointé du doigt par les organisations internationales pour des activités de financement de groupes considérés comme terroristes, notamment le Hezbollah, le Hamas ou le Jihad islamique en Palestine.

En octobre 2017, le président américain Donald J. Trump dénonce l’attitude du régime islamique iranien et affirme que ce dernier « reste le premier État à soutenir le terrorisme dans le monde et fournit une assistance à Al-Qaïda, aux talibans, au Hezbollah, au Hamas et à d’autres réseaux terroristes »."

25/05/2021

 

La "War on Terror" de la Russie - Par Victor Escaffre-Fauré

 

"La menace djihadiste se diversifie avec l’émergence de l’EI en 2014. L’un des phénomènes inquiétants induit par l’EI est la diffusion du radicalisme religieux dans d’autres régions russes à majorité musulmane comme au Tatarstan ou en Bachkirie (régions proches du Kazakhstan).

Les modes d’actions terroristes évoluent aussi : le premier attentat attribué à l’EI sur le sol russe en février 2017 est l’œuvre d’un « loup solitaire », un jeune immigré kirghize qui fait exploser une bombe dans le métro de Saint-Pétersbourg. La Russie fait donc face à une nouvelle menace terroriste avec l’EI, ce qui a exigé une gestion nouvelle du risque terroriste notamment hors de ses frontières.

Depuis les années 2000, la lutte contre les réseaux terroristes est systématiquement brandie par la diplomatie russe comme le pilier de sa stratégie internationale. C’est dans ce but que la Russie est intervenue en Syrie : combattre l’EI et le Front Al-Nosra qui menacent la stabilité régionale et donc par conséquent sa stabilité (...)"

 

11/05/2021

 

La montée en puissance des Houthis, vers une victoire politico-militaire au Yémen ? - Par Jules Palleschi

 

"Face à un pêle-mêle de belligérants, comme les sudistes ou l’Etat Islamique (EI) local, les Houthis ont pu s’imposer dans la plupart des villes de l’Ouest. Ils sont estimés à environ 200 000 combattants, dont 130 000 recrutés depuis le début de l’intervention. « Ansar Allah », dénomination que revendique le groupe, aurait enrôlé plusieurs dizaines de milliers d’enfants. Contrairement aux croyances selon lesquelles les Houthis se seraient insurgés en 2004, début de leur guérilla, ils ont répondu à la contre-insurrection portée contre eux par le président yéménite Ali Abdallah Saleh. Ils l’ont perçu une tentative d’atteinte au zaydisme dont ils sont issus. A cheval entre la confession et l’ethnie tribale, cette dénomination désigne les « hachémites », soit des descendants du Prophète venus peupler l’actuel Yémen en 898. Les Houthis estiment leur peuple marginalisé sur les plans économique et politique (...)."

 

 

27/04/2021

 

La gestion du terrorisme par la Fédération de Russie : entre mesures renforcées et coopération internationale nécessaire - Par Ambre Réau

 

"En 1881, le premier phénomène terroriste marquant fut celui de l’assassinat de l’empereur Alexandre II à Saint-Pétersbourg par un membre de l’organisation terroriste Narodnaïa Volia, signifiant « la volonté du peuple ». Durant la période de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS), de nombreux attentats ont été perpétrés en Occident par les institutions de l’Union soviétique et des procès publics ont été organisés contre les adversaires de Joseph Staline pour terrorisme et espionnage. A la chute de l’URSS, entre 1994 et 1996, la première guerre de Tchétchénie éclate et oppose les forces armées de la Fédération de Russie et les séparatistes tchétchènes menant à plusieurs offensives militaires russes et attentats commis par les rebelles tchétchènes.

Comme de nombreux États, la Russie est visée, depuis une vingtaine d’années, par le terrorisme islamiste. Par exemple, en 2017, l’attentat du métro de St Pétersbourg a fait 16 morts et 64 blessés. La Russie a pris conscience du danger du terrorisme et tente de lutter à la fois par une politique nationale renforcée et par la nécessité d’une coopération internationale (...)". 

13/04/2021

 

L’Ejercito Del Pueblo Paraguayo : les enjeux de la guérilla armée au Paraguay - Par Anaïs Fauré

 

"Les tensions sociales, la chute de la dictature et l’instabilité politique ont favorisé la naissance d’un mouvement de guérilla, considéré par le gouvernement comme une organisation terroriste : l’Ejercito del Pueblo Paraguayo (EPP). Revendiquant une lutte armée contre le modèle politique paraguayen reposant essentiellement sur de grandes exploitations agricoles aux mains de grands propriétaires terriens, les membres guérilleros de l’EPP affirment lutter pour une meilleure répartition des richesses sociales et agricoles, tout en prônant une éradication de la fumigation, de la déforestation et des modèles de monoculture.

Cependant, le mouvement a atteint des niveaux de violence extrême, défiant constamment les forces de sécurité de l’État, entraînant une militarisation progressive des départements au nord du pays (...)".

30/03/2021

 

Les différentes sources du financement du terrorisme en Afrique de l'Ouest- Par Lisa Bellon

 

"Malgré des progrès en termes de démocratie en Afrique de l’Ouest, la région représente un enjeu particulier en termes de paix et de stabilité notamment, en raison de la présence des mouvements djihadistes sur ce terrain. Ces groupes terroristes parviennent à étendre et à poursuivre leurs actions en bénéficiant de flux financiers qui proviennent de sources diverses.

Ces phénomènes de financements ne sont pas seulement laborieux à quantifier, ils sont également difficilement traçables. Depuis les années 2000, la communauté internationale a saisi l’importance de la lutte contre le financement du terrorisme pour priver de ressources ces réseaux.

Dans sa résolution S/RES/2462(2019), le Conseil de sécurité des Nations Unies souligne l’urgence et la nécessité de la répression de toutes formes de financement du terrorisme (...)."

15/03/2021

 

La menace terroriste contre la communauté argentine : des attentats irrésolus de 1992 à 1994 à la menace de Jorge Knoblovits en 2021 - Par Justine Vidal 

 

"Le 17 mars 1992, à 14h42, une camionnette chargée d’explosifs conduite par un kamikaze fonce dans l’Ambassade d’Israël à Buenos Aires. L’Ambassade, une église catholique ainsi qu’un bâtiment scolaire ont été détruits par l’explosion. Le bilan total de l’attentat se porte à 29 morts, dont 4 Israéliens, mais la majorité des victimes étaient des civils argentins dont beaucoup d’enfants. Le nombre de blessés est estimé à 242.

Deux ans plus tard, le 18 juillet 1994, à 9h54, une voiture piégée détruit le siège de l’AMIA (Asociación Mutual Israelita Argentina), la principale institution juive ashkénaze d’Argentine, à Buenos Aires. On compte un total de 85 morts et de 250 blessés. Il s’agit de l’attentat le plus meurtrier de l’histoire de l’Argentine, et le deuxième attentat en deux ans qui vise la communauté juive du pays. 

Pourquoi ces lieux ont-ils été visés (...) ?"

02/03/2021

 

Radicalisation dans le Caucase du Nord, conséquence de l'instabilité de la   région : zoom sur le cas de la Tchétchénie - Par Juliette Monico

 

"Depuis le début de son histoire, le Caucase du Nord est une région multi ethnique et multi confessionnelle, marquée à partir du XVIIIe siècle par l’ingérence tsariste, soviétique puis russe. Bien que ce ne soit pas là, le premier essor de l’islam dans la région, cette religion va déjà jouer un rôle particulier à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale pour organiser les sociétés et lutter contre l’impérialisme soviétique. Dès le début des années 1990 et lors de la chute de l’URSS en 1991, les peuples de cette région ont redécouvert leurs identités culturelles et ethniques. La religion a vraiment été placée au premier plan de ces identités et a permis l’élaboration d’une solidarité régionale. En réalité, l’islam a toujours été présent dans le cercle privé mais la volonté d’indépendance de la région a encore renforcé les croyances. Depuis les années 1990 c’est une tradition soufie qui est majoritaire et incarnée par les leaders régionaux (...)"

16/02/2021

Le concept "loup solitaire" : réalité ou chimère du terrorisme d'aujourd'hui ? - Par Paul-Louis Béné

 

"Traduit de l’anglais Lone Wolf, ce terme renvoie à une forme d’action terroriste popularisée par les mouvements suprémacistes blancs affiliés à l'ultra droite aux États-Unis dans les années 1990. Pour les chercheurs Hugues Moutouh et Ramon Spaaij, il désigne plus largement un profil d’individu radicalisé qui dans le cadre d’une action terroriste, agit seul (de manière individuelle) sans être rattaché ni répondre à une quelconque hiérarchie ou organisation."

02/02/2021

 

Boko Haram : Un mouvement insaisissable - Par Camille Leveillé

 

"L’insurrection djihadiste de Boko Haram s’inspire de la volonté d’ériger un nouveau califat autour du lac Tchad. Le nom du groupe peut être traduit par « le savoir trompeur est un péché » mais l’on retient plus régulièrement la traduction suivante : « l’éducation occidentale est un péché ». Son objectif est de dénoncer la corruption, les inégalités, mais appelle aussi à la haine contre le pouvoir politique nigérian ainsi que l’Occident. (...)"

22/01/2021

 

La radicalisation des mouvements écologistes - Par Camille Leveillé

 

"De plus en plus en vogue ces dernières années, les mouvements écologistes se radicalisent pour des raisons diverses. La prise de conscience de l'urgence écologique a favorisé le développement de ces mouvements qui utilisent la désobéissance civile ainsi que des actions violentes sporadiques pour faire entendre leurs revendications. (...)"