23/11/2022

 

Transition nucléaire - géopolitique des prochaines générations (partie 2) - Par Quentin Cosme

 

"Pour donner suite à la description des enjeux auxquels vont faire face les États disposant des technologies nucléaires, il semble important de présenter les technologies énergétiques envisageables par ces derniers afin de répondre à l’important défi de transition. Le Forum de la Génération IV a mis en avant différents systèmes qui doivent être étudiés dans les décennies à venir mais qui ne seront probablement développés que dans la seconde moitié du siècle. Ces technologies, aussi appelées systèmes, sont au nombre de sept. Il s’agit de trois réacteurs à neutrons rapides ou RNR dont le caloporteur est différent (gaz, sodium ou plomb) ; du réacteur à très haute température ou RTHT ; du réacteur à eau supercritique ou RESC ; du réacteur à sels fondus ou RSF et les réacteurs de fusion nucléaire. Ceux-ci sont présentés ci-après avec une mise en avant de leur fiabilité en termes de garantie de la sécurité nucléaire et de l’éloignement des risques [...]."

16/11/2022

 

Transition nucléaire - géopolitique des prochaines générations (partie 1) - Par Quentin Cosme

 

"L’énergie nucléaire est fondée sur des générations, autrement dit des filières technologiques. Pourtant, bien que la Génération I n’ait connu son véritable développement qu’en 1950, il faut remonter en 1899 avec la découverte de la radioactivité par Ernest Rutherford pour connaitre la véritable date de commencement de l’étude de l’énergie atomique. […] L’électricité nucléaire connait son essor à partir de 1951 avec la construction et la mise en marche des premiers réacteurs nucléaires. […] Le passage à la Génération III, peut être considéré comme rapide puisque des technologies d’optimisation [..] ont été développées et mises sur le marché assez rapidement en 2010 et les seconds pour 2045- 2050. La question est donc simple. Après 2040 les réacteurs nucléaires devront répondre à un enjeu majeur qui n’est autre que la durabilité. Pour cela les technologies étudiées doivent prendre en considération la réalisation d’un réacteur propre et durable, garantissant une sureté nucléaire, [...] une compétitivité économique permettant le développement de réacteurs plus puissants et durables mais à des couts moins importants et enfin la prolifération nucléaire. Il s’agit là d’une véritable transition nucléaire qui oblige les États à prendre en considération de nombreux enjeux de sécurité […]."

03/11/2022

 

Raffinage de la bauxite en Guinée : quels défis et enjeux pour le pays ? - Par Mohamed Lamine Sidibé et Oumar Barry

 

"Les transformations géopolitiques en cours dans le monde révèlent des enjeux inédits en lien avec l’importance grandissante de certaines ressources économiques. Parmi ces ressources, la bauxite et son produit industriel dérivé, l’aluminium, s’incrustent dans les rapports conflictuels opposant les grandes puissances du monde. (...)  Après la seconde guerre mondiale, le contrôle de la production du métal et les sources d’approvisionnement de sa matière première, la bauxite, organisaient les rapports de force entre le monde occidental et l’URSS. Depuis le tournant des années 2000, avec la montée en puissance de la Chine, les besoins en matériaux stratégiques indispensables au maintien de la croissance et de sa puissance augmentent de manière significative. L’aluminium devient de plus en plus un métal au cœur de tous les intérêts stratégiques, démultipliant ainsi la course et les rivalités pour le contrôle des sources d’approvisionnement de la matière première".

15/03/2022

 

Les risques épidémiques et pandémiques reconnus dans les stratégies de défense des Etats - Par Inès Sarter

 

"Les épidémies (pouvant évoluer en pandémie) constituent des menaces environnementales qui peuvent agir comme facteur d’insécurité. L’environnement est une composante de la sécurité des États. (...) Les risques pandémiques, en raison de leur gravité, portent atteinte à la sécurité nationale d’un État en exacerbant les tensions ou conflits politiques, économiques, sociaux, militaires de façon directe ou indirecte (cyber-attaques, ingérences, création de vides sécuritaires, répercussions sur la résolution des conflits). Ne serait-ce pas par le biais des stratégies visant à assurer la sécurité nationale qu’il serait possible de mesurer l’impact des risques pandémiques sur la sécurité environnementale ? (...) L'intérêt est de démontrer que les risques épidémiques et pandémiques, en tant que menaces environnementales, ont toujours été des préoccupations stratégiques de défense voire du domaine militaire. Le risque pandémique se retrouve à la confluence des enjeux de souveraineté, de sécurité et de compétition. (...)"

24/02/2022

 

Comment les municipalités peuvent-elles aborder la transition énergétique de manière équitable? - Par Quentin Cosme

 

"L’État est, dans la plupart des cas, l’institution la plus puissante capable de décider des politiques énergétiques tout en prenant en considération les ressources à disposition, les politiques de recherche, la volonté citoyenne, les enjeux environnementaux, les rapports et objectifs des entreprises et de manière plus générale les intérêts des nombreux acteurs. EDF reste l’outil premier du gouvernement dans le développement des politiques énergétiques à tous les niveaux. Cependant, l’ouverture des marchés et la pression croissante des groupes écologistes, ainsi que le nombre de fournisseurs s’accroit au cours du temps. Pourtant, même si le marché des technologies vertes connaît une chute des prix, le poids financier de la transition énergétique reste considérable. Pour les municipalités les enjeux ne manquent pas : social, financier, technologique et stratégique. Afin de respecter les objectifs de la transition énergétique, il est nécessaire de remettre en cause les anciennes politiques jusqu’au brisement total des liens reliant cette période de transition au monde carboné.

Comment réaliser une transition verte à une échelle locale et de manière équitable en tenant compte d’une inégalité énergétique déjà existante ?"

10/02/2022

 

Asie Pacifique : entre dépendance au charbon et développement prometteur des énergies renouvelables - Par Axèle Martineau

 

"(...) A la fin du mois de décembre 2021, les centrales à charbon indonésiennes ont vu leurs stocks de combustible atteindre des niveaux critiques, et le gouvernement craignait des coupures d’électricité dans certaines parties du pays si aucune mesure n’était prise (...) Cet épisode n’intervient que quelques mois après la Conférence de Glasgow sur les changements climatiques (COP26), qui avait réaffirmé la nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) et établi de nouveaux engagements internationaux visant une décarbonation de la production d’énergie mondiale. (...) La finalité de cet article sera donc de montrer que, malgré des engagements politiques de la part des pays les plus développés de la région ainsi qu’un développement encourageant des énergies vertes, la dépendance au charbon thermique du continent asiatique annonce une décarbonation difficile et probablement plus lente qu’espérée dans le scénario de neutralité carbone d’ici 2050, qui dépendra grandement des efforts que la Chine, premier producteur mondial et plus grand émetteur de GES ainsi que foyer très prometteur du renouvelable, sera prête à fournir."

08/02/2022

 

L'empreinte environnementale de la Coupe du monde 2022 au Qatar - Par Farah Bab-Hamed

 

"Depuis l’attribution de la Coupe du monde de football 2022 au Qatar, l’Émirat fait face à de nombreuses accusations en matière de corruption, de non-respect des droits de l’Homme ou concernant les enjeux environnementaux. (...) C’est le 2 décembre 2012 que la FIFA désignera le Qatar comme pays hôte de la Coupe du monde 2022 et érige le Qatar comme premier État arabe organisateur d’une Coupe du monde. (...) Face à la problématique des fortes chaleurs que connait le Qatar en été, la FIFA prendra la décision que cette 22e édition de la Coupe du monde se déroule exceptionnellement en hiver. En revanche, les températures en hiver, bien que plus douces, avoisinent tout de même les 30° C. Pour pallier au problème, le Qatar a alors présenté des plans de systèmes de refroidissement des extérieurs, soulevant une véritable incohérence sur le plan de l’écologie. Le Qatar, par rapport à ses décisions d’aménagement de ses infrastructures et l’édification des structures sportives à l’occasion du prochain mondial, est souvent pointé du doigt pour sa forte empreinte environnementale, en contradiction avec le projet initialement porté par le pays arabe."

30/12/2021

 

La société de consommation ou le détournement de l'Homme vis-à-vis de la nature - Par Guillaume Dubroca

 

"La prospérité de la société interconnectée du paraître, la compulsivité consumériste presque inconsciente des individus et l’intensification de l’hyper-mondialisation source des rejets de déchets et de c02, nous montre que nous vivons dans une contradiction existentielle. (...) La consommation est au cœur des nouvelles conflictualités qui régissent la société car l’état actuel des modes de consommation énergétique et de matières premières ont des conséquences irréversibles sur l’environnement. (...) Avec la pandémie du covid-19 les personnes ont changé d’elles-mêmes. Elles ont changé leur façon de vivre et de consommer. (...) On constate ainsi une prise de conscience des consommateurs sur leurs comportements et leurs pratiques qu’ils ne jugeaient pas assez en accord avec la préservation de l’environnement et leurs valeurs. Mais cette prise de conscience reste encore insuffisante pour rencontrer les attentes de la cop21. (...) De cette manière, des millions de décisions individuelles et publiques devront être prises, elles seront de vrais nœuds gordiens à trancher (...)".

17/12/2021

 

Les enjeux de la déforestation du second massif forestier mondial dans le bassin du Congo- Par Clara Malonga

 

"Les forêts tropicales situées au sein du Bassin du Congo jouent un rôle essentiel dans la lutte contre le changement climatique. Le massif forestier du Bassin du Congo s'étend sur six Etats d’Afrique centrale. La République démocratique du Congo (RDC) détient environ 60% de la forêt tropicale au sein de son territoire. La forêt est présente au sein d’Etats voisins de la RDC comme en République du Congo, au Gabon, en Guinée Équatoriale, République Centrafricaine et au sud du Cameroun (...)  Les stratégies d’internationalisation ont permis aux compagnies forestières étrangères de diversifier l’origine du bois qu’elles importent de la région. (...) Les compagnies forestières étrangères bénéficiant de cette richesse naturelle ont pu exploiter le bois d’Afrique centrale sans grande restrictions. Cependant, le changement climatique annoncé depuis des décennies par les scientifiques, entrave leur exploitation forestière. De plus, bien que le continent africain ne soit pas un grand pollueur, il est revanche l’un des continents qui sera probablement le plus impacté et exposé au changement climatique. (...) Chaque année, le couvert forestier diminue malgré les moyens établis afin de lutter contre la déforestation." 

09/12/2021

 

COP26 : une dernière chance gâchée ?- Par Jules Rioche

 

"(...) la COP26 devait être un nouveau pas historique vers une lutte déterminée contre le réchauffement climatique et une augmentation de la protection environnementale et des populations menacées. Dans le communiqué de presse du GIEC concernant le rapport du Groupe de travail I, (...), le GIEC démontre non seulement que le réchauffement climatique s’accélère, mais que l’influence humaine est clairement à l’origine de ces changements et de cette accélération Effectivement, le rapport fait état de l’importance et de l’urgence de prendre des mesures « immédiates, rapides et massives ». (...) 

En sus, les changements climatiques planétaires futurs ne seront pas uniquement qu’une question de températures. Les altérations climatiques concerneront toutes les régions, et par conséquent, tout type de milieu avec des inondations ou des sécheresses plus intenses, une érosion des littoraux plus accentuée, (...) mais aussi dans les milieux urbains qui enregistrent des niveaux de chaleurs plus importants puisque l’activité humaine y est plus développée que dans les milieux ruraux.

C'est la première fois qu’un rapport du GIEC conclut que cette accélération du réchauffement climatique et les causes principales proviennent de l’activité humaine".

02/12/2021

 

Ressource bauxitique en Guinée : atout stratégique et fardeau géopolitique- Par Mohamed Lamine Sidibé

 

"Depuis 2015, la Guinée est devenue un acteur majeur de la production bauxitique à l’échelle mondiale. Avec une production de 80 millions de tonnes en 2020, le changement politique opéré à la tête de la nation guinéenne le 5 septembre 2021 a embelli les cours de l’aluminium sur les marchés mondiaux. (...) Cette place hégémonique découle essentiellement des réformes structurelles amorcées par le gouvernement guinéen à travers l’adoption d’un code minier attractif amendé en 2013, qui lui a permis d’attirer d’énormes investissements directs à l’étranger (IDE) en provenance des compagnies chinoises et occidentales. En effet, entre 2016 et 2017, les investissements dans la filière bauxitique se sont chiffrés à plus de 2 milliards de dollars. (...) Alors que la rivalité entre régime autoritaire et démocratie libérale façonne les enjeux sécuritaires, économiques et géopolitiques dans la région, la Guinée se voit de plus en plus courtisée par certaines grandes puissances, notamment chinoise, américaine et russe, qui cherchent à sécuriser leur approvisionnent en bauxite et maintenir leurs influences politiques, économiques et militaires dans le pays.

05/11/2021

 

Changement climatique et conflits- Par Pablo Rocheteau

 

"Le déséquilibre du climat bouleverse de nombreux écosystèmes avec des extinctions d’espèces animales et végétales. Il créé ou accentue des crises liées aux ressources alimentaires et aura très probablement un impact direct sur le fonctionnement des écosystèmes favorisant la transmission de maladies animales et de virus potentiellement dangereux pour l’Homme. (...) En 2014, le rapport, commandé par les membres du G7 à l’occasion de la COP21, « Un nouveau climat pour la paix : agir pour le climat et les risques de fragilité », identifie ainsi sept menaces.(...) Ces sept risques liés à la fragilité du climat ne sont pas isolés les uns des autres. Ils interagissent de manière complexe, ce qui rend difficile l'élaboration de réponses efficaces à tous les niveaux. Le changement climatique outre sa définition scientifique, se caractérise par un impact sur l’ensemble des régions du monde, et sur la sécurité des êtres humains. A partir de cette réflexion, l’objet de cet article sera de penser le changement climatique à partir de la thématique sécuritaire".

07/10/2021

 

Les enjeux du dérèglement climatique au Sahel- Par Djambere Diawara

 

"Comment l’humain parviendra-t-il à s'adapter à l’enjeu climatique mondial alors qu’il est considéré comme unique responsable de cette catastrophe ? La planète se réchauffe plus vite que prévu et les conséquences seront sans équivoques, c’est la sonnette d’alarme que tire le premier volet du sixième rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat publié le neuf août 2021 (...) La plupart des pays du continent africain et particulièrement ceux du Sahel occidental, qui, en plus de devoir faire face aux défis sécuritaires, démographiques, politiques ou encore économiques dans les années à venir, doivent se mobiliser aujourd’hui afin de pouvoir faire face à l’urgence climatique mondiale. (...) D’après les climatologues de l’initiative l’OASIS, d’ici 2050, les températures au Sahel passeront de 3 degrés Celsius à 5 degrés Celsius; de quoi susciter l’intérêt de l’enjeu climatique auprès des États mais également des organisations régionales de cette zone d’Afrique. (...) 

Quelles sont les actions et initiatives qui ont été entreprises de nos jours pour s’adapter aux effets du réchauffement climatique dans la région du Sahel ?"

 

23/09/2021

 

Le Bangladesh, un Etat entre deux eaux et deux feux - Par Maxime Bouchard

 

"Le Bangladesh est l’un des pays les plus densément peuplés au monde (...) et aussi l’un des plus vulnérables et des plus touchés par le changement climatique. (...) Avec près d’un tiers du total de sa population vivant le long de la côte et une grande partie du pays situé au niveau de la mer, ce petit Etat d’Asie du Sud est en proie aux bouleversements environnementaux actuels et futurs induits par le dérèglement climatique. Ainsi alimenté en eau douce par le nord, bordé par le golfe du Bengale au Sud, le Bangladesh est pris entre deux eaux (...) représentant l'une comme l'autre deux sources de danger exponentiel pour les populations de la région. Deux possibilités s’offrent aux Bangladais face à la montée des eaux : être informés sur les conséquences des changements climatiques et sur les moyens de s’y adapter ou migrer. (...) Le Bangladesh se trouve également prisonnier entre deux feux. Les deux seuls Etats possédant une frontière terrestre avec le Bangladesh, l’Inde et le Myanmar, se distinguent par une forte aversion envers les personnes de confession musulmane. Or, l’islam est la religion officielle du Bangladesh depuis un amendement constitutionnel de 1988 et le culte de 90% de la population bangladaise. 

12/08/2021

 

Sécuriser le réseau électrique européen : un défi de gouvernance pour l'Union européenne - Par Margaux Grellety

 

"Pour l’Union européenne (UE), l’énergie est un élément central de sa construction. En 1951, la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) met en avant la nécessité pour les États de s’entendre sur la production et la distribution de l’énergie. Cet intérêt s’explique par le caractère stratégique des infrastructures énergétiques pour les Européens (...) Les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis en seront un exemple caractéristique et avec eux, la prise de conscience d’une nouvelle vulnérabilité. (...) Les infrastructures réseaux sont ainsi endommagées pour servir une stratégie d’affaiblissement des moyens de l’adversaire et avec l’apparition de nouvelles technologies, le risque d’une attaque physique est accru par celui naissant des attaques cyber.

Pour l’UE, l’enjeu lié à l’énergie et ses infrastructures a donc changé de dimension. Il est passé d’un besoin de contrôler la production des autres États pour prévenir un potentiel conflit interétatique, à celui de coopérer pour se protéger de nouvelles menaces. (...)"

29/07/2021

 

Quel est le savoir énergétique français en 2020 ? - Par Quentin Cosme

 

"Puissance, un mot que bien des chercheurs tentent de définir, et des États d’atteindre. Mais qu’est-ce que la puissance d’un État si ce n’est ses ressources énergétiques ? C’est un fait mis en avant par l’ingénieur Thierry Lepercq, auteur du livre « Hydrogène, le nouveau pétrole ». Dès l’introduction, il évoque les paroles du Premier Ministre chinois lors de sa visite au Canada à la fin des années 1990. Ce dernier se présente comme « Power ingieneer of power ». (...) Un jeu de mot, souhaité ou non, qui montre en effet que pouvoir et puissance vont de pair. (...)

L’autonomie énergétique est par conséquent indispensable et devient l’un des enjeux premiers de ce siècle pour des pays comme la France. Notre objectif est de présenter et analyser le savoir-faire français en matière de technologie énergétique. Pour cela nous nous fonderons sur une étude de cas, celle d’Energy-Observer, un catamaran énergétiquement autonome". 

15/07/2021

 

La compétition pour les technologies bas-carbone s'importe-t-elle en Afrique ? - Par Mohamed Lamine Sidibé

 

"Depuis 2015, le monde s’oriente vers une nouvelle trajectoire visant la décarbonation des économies pour éviter un réchauffement climatique de 1,5˚C tel que suggéré par l’Accord de Paris sur le climat. Ce changement de cap écologique est d’autant plus déterminant dans les pays industrialisés qu’il engendre une compétition majeure entre les principaux États pollueurs pour arriver à une neutralité carbone avant la moitié du XXIe siècle (...) Ces ambitions climatiques affichées par ces grandes puissances exacerbent davantage la compétition pour l’acquisition des matières premières critiques indispensables pour la mise au point des technologies sobres en carbone (...) en particulier dans les secteurs de l’énergie et du transport (...). Les matériaux critiques et les terres rares indispensables pour amorcer le passage vers les technologies sobres en carbone deviennent à la fois un enjeu stratégique et géopolitique qui ne laisse pas en marge le continent africain." 

02/07/2021

 

La question climatique au cœur des préoccupations internationales d'aujourd'hui et de demain - Par Alizée Studzinski

 

"Alors que la COP 26 est en préparation pour début novembre 2021, l’AFP a rendu public, ce 23 juin dernier, le résumé technique de 4000 pages du futur rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), initialement prévu à la publication pour février 2022. (...) Mais, alors que le dernier rapport d’évaluation de 2014 alertait déjà sur les conséquences du réchauffement climatique à court et moyen termes et la nécessité de limiter impérativement ce phénomène à +2°C, le rapport de 2022 s’avère encore plus alarmiste. En effet, les extraits non définitifs dudit rapport mettent en exergue la transformation considérable et de plus en plus accélérée de la vie sur Terre, et ce bien avant 2050, date à laquelle le GIEC estime que certains changements irréversibles seront observés si l’action des États en faveur du climat n’évolue pas rapidement."

17/06/2021

 

La Méditerranée au cœur des enjeux climatiques - Par Diane Tardy

 

"Depuis quelques années, de nombreux rapports scientifiques alarment sur les risques du dérèglement climatique en Méditerranée. En novembre 2020, un nouveau rapport a été publié par Plan Bleu, un organisme travaillant au sein du programme de l'ONU pour l'environnement et du Plan d'action pour la Méditerranée, dressant un bilan inquiétant de la situation en Méditerranée et soulignant la vulnérabilité de la région face au dérèglement climatique et à la pollution. La région serait un des « points chauds » des changements climatiques et de la biodiversité et serait même la deuxième région du monde la plus touchée par le dérèglement climatique, après l’Arctique. (...) Comme le rappelle Dominique Moisi, politologue et géopoliticien français, la dimension environnementale doit être prise en compte car elle accentue les risques de conflit."

20/05/2021

 

La place de la justice environnementale dans le soulèvement chilien de 2019 : l'exemple des zones de sacrifice - Par Margaux Grellety

 

"Les premières manifestations environnementales apparaissent au Chili dès la fin des années 1990 et gagnent en visibilité avec la médiatisation croissante des catastrophes environnementales et l’inscription des enjeux environnementaux à l’agenda international. (....) Le propos de cet article est de montrer quelle place occupe la lutte pour la justice environnementale dans la montée de la contestation sociale contre le modèle politique et économique chilien, symbolisé par la Constitution de 1980, qui atteint son paroxysme en 2019 avec l’obtention du référendum national. La question est traitée avec l’exemple des zones de sacrifice, localités qui concentrent une haute proportion d’activités économiques polluantes aux effets désastreux sur les populations." 

06/05/2021

 

L'eau dans l'Himalaya : besoins, manques et conflits - Par Jeremy Terpant

 

"Selon le Rapport mondial des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau de 2021, l’utilisation de l’eau douce dans le monde est passée d’environ 500 km3/an en 1900 à plus de 4200 km3/an en 2010. (...) Le 2030 Water Ressources Group estime que la Terre pourrait connaitre un déficit en eau de 40% d’ici à 2030 si des solutions ne sont pas trouvées. (...). Étudier la géopolitique de l’eau, c'est étudier les tensions autour du partage de cette dernière mais aussi s’intéresser à des aspects plus politiques comme la structuration des espaces de l’eau. Il est primordial, pour un État, d’avoir un contrôle sur cet or bleu qui devient de plus en plus une source de conflits.  Bien que ces conflits liés à l’eau ne soient pas nouveaux, aujourd’hui la question qui se pose est relative à son exploitation : à qui revient le droit d’exploiter quelles sources d’eau ? C’est la question que se posait, en 2015, Kenneth Pomeranz qui soulignait alors que la région himalayenne était la région où ces enjeux étaient les plus vifs aujourd’hui."

23/04/2021

 

Le pétrole, facteur de puissance à l'international ? - Par Guillaume Dubroca

 

"Issu à l’origine de gisements, le pétrole s’est peu à peu imposé vers l’Europe et l’Asie (...). Sa longévité se perpétue encore aujourd’hui car le pétrole continue d’être la principale source d’énergie, une place le rendant incontournable. (...) La région où se concentre le plus de pétrole est le Moyen-Orient avec 48% des réserves mondiales. Selon les scientifiques, ces réserves pétrolières, au rythme de production actuel, dureront encore une cinquantaine d’années. Mais ce n’est pas pour autant que le pétrole va disparaitre. En effet, à mesure que les technologiques et les techniques se développent, de nouveaux gisements sont découverts et d’autres formes de procédés d’exploitation sont pensés. Le résultat est que le pétrole restera encore incontournable dans nos sociétés mais la question est de savoir plutôt si le pétrole demeurera, comme il l’a été, une arme efficace et influente pour peser sur la scène internationale ?".

09/04/2021

 

La résilience des petits Etats insulaires face au réchauffement climatique - Par Maurane Cabon

 

"Champions depuis plus d’une décennie de la lutte pour le climat, les petits États insulaires et leurs 65 millions d’habitants comptent parmi les populations les plus vulnérables face aux aléas climatiques (...) Malgré la mobilisation de la communauté internationale depuis la fin du XXème siècle pour atténuer les effets du changement climatique, les dernières projections scientifiques quant au réchauffement climatique et à l’élévation du niveau des océans restent alarmantes. Se pose alors la question de savoir ce que vont devenir ces populations et communautés insulaires qui risquent de devoir migrer et de se relocaliser avant la fin du siècle (...)".

25/03/2021

 

Le fleuve Oronte, catalyseur de tensions régionales - Par Alexis Benlarbi- De Carvalho et Alizée Studzinski 

 

"Connu sous l’appellation « Al Assi » en langue arabe, ce fleuve traverse trois pays au Proche-Orient à savoir le Liban, la Syrie et la Turquie. Très longtemps considéré comme un fleuve important pour l’établissement des populations au Levant, les questions autour de l’exploitation des eaux de l’Oronte suscitent de vives tensions entre les trois pays riverains. (...)". "La question des ressources hydrauliques est centrale dans cette région, confrontée depuis plusieurs décennies à une situation de stress hydrique. De ce fait, l’eau constitue un point de tensions entre les pays de la zone (...)". 

12/03/2021

 

En quoi les énergies renouvelables occupent-elles un rôle central dans l'orientation politico-économique chinoise ? - Par Titouan Czaszewicz

 

"Afin d’assurer sa sécurité énergétique et le virage économique qui en découle, Xi Jinping s’appuie sur une capacité d’innovation puissante et réactive. Grâce à elle, en 2018, la Chine représentait 30% de l’énergie solaire mondiale et 29% des capacités éoliennes sur son territoire. Son développement massif, porté par de larges investissements, a permis d’augmenter de 100% en dix ans les énergies solaires en Chine, là où la moyenne mondiale est de 45%, et 53% aux États-Unis. C’est cette dynamique qui lui a permis d’accéder au statut de leader dans le secteur des énergies renouvelables. Véritable fer de lance de la nouvelle économie chinoise, les grands groupes spécialisés dans les technologies vertes favorisent un rayonnement mondial basé sur l’exemple et la défense des biens communs mondiaux (...)"

26/02/2021

 

L'Arctique, nouvelle zone de convergence des intérêts géopolitiques - Par Romain Nocente

 

"Grâce aux progrès technologiques et à un accès facilité du fait du réchauffement climatique, l’Arctique fait l’objet de différentes recherches scientifiques approfondies. Il ressort de ces études que le sous-sol arctique dispose d’importantes quantités d’hydrocarbures tels que du pétrole ou du gaz. Plus de 400 gisements d’hydrocarbures sont déjà exploités, ce qui représente 10% de la production mondiale en 2010, et 25% pour le gaz. Il est clair que malgré les quantités de pétrole et de gaz conséquentes, elles ne sont en rien comparables aux richesses présentes au Moyen-Orient. Toutefois, cette proportion pourrait être à relativiser et réévaluer dans les années à venir. En effet, une étude menée par United States Geological Survey en 2008 a donné pour la première fois un aperçu global des richesses d’hydrocarbures présentes en Arctique, principalement autour de 5 pays : la Russie, la Norvège, le Groenland, le Canada et les Etats- Unis (...)"

12/02/2021

 

Accord de Paris : Bilan et perspectives - Par Aliou Mbaye

 

"Pour parvenir à ce résultat, l’Accord international met en place, pour toutes les parties, un plafonnement mondial des émissions de gaz à effet de serre. L’objectif est d’inciter à atteindre un seuil de neutralité climatique le plus rapidement possible. Les parties à l’Accord, et plus particulièrement les pays développés, se doivent de montrer l’exemple en assumant des objectifs de réductions au niveau de leur économie nationale. Pour les pays en voie de développement, les combats seront plus difficiles à mener car ils ne bénéficient pas toujours de la transition vers le développement durable. Ainsi, ils doivent accentuer leurs efforts d’atténuation des effets du changement climatique, travailler sur les objectifs de réduction d’émissions de GES, et mettre en place des politiques concrètes d’adaptation aux effets du dérèglement climatique. (...)"

29/01/2021

 

L'eau en Afrique : objet de convoitises et enjeu stratégique - Par Alizée Studzinski 

 

"Les questions de l’accès à l’eau  et de son approvisionnement sont au cœur des perspectives du développement de nombreux pays dans le monde. Cette problématique est particulièrement perceptible en Afrique, qui subit de plein fouet les effets du dérèglement climatique. La probable raréfaction de cette ressource pourrait-elle devenir source de tensions ? (...)"

19/01/2021

 

L'avenir du continent africain menacé par les effets du changement climatique - Par Alizée Studzinski 

 

"L’Afrique est le continent le plus vulnérable face au dérèglement climatique. Ses fragilités endémiques à l’instar de l’instabilité politique et économique, les heurts interethniques, ou encore le manque de disponibilité en ressources primaires (eau et terres arables) l’empêchent de mener sereinement le combat climatique. Pourtant, la situation devient de plus en plus préoccupante car les facteurs de vulnérabilité des pays africains face aux changements climatiques ne cessent d’augmenter, créant alors davantage de précarité des populations, principalement rurales, déjà en grande difficulté. Le mode de vie des africains ruraux étant étroitement lié au climat, l’accentuation des phénomènes climatiques soudains et violents ne fait qu’exacerber des difficultés existantes. (...)"