20/10/2022

 

Quelle place pour une coopération stratégique élargie entre l'Europe et l'espace indo-pacifique ? - Par Kareem Salem

 

"(...) Lorsque Joe Biden avait pris ses fonctions en janvier 2021, la région Indopacifique, qui reflète plus largement la zone allant de la côte est de l'Afrique au Pacifique oriental, était censée être la priorité absolue de la politique étrangère américaine. Le déclenchement de l'offensive russe en Ukraine, le 24 février contraint la Maison Blanche à amorcer un virage stratégique : une aide militaire sans précédent a été fournie à l'armée ukrainienne avec la livraison d'armes lourdes et offensives, notamment des systèmes d'artillerie, des lance-roquettes et des systèmes de missiles antichars Javelin.

Les événements observés sur la scène de guerre ukrainienne ont également provoqué de fortes réponses de la part des alliés traditionnels des États-Unis dans l'Indopacifique. À l'autre bout du monde, deux des plus fidèles alliés de Washington, l'Australie et le Japon, contribuent au soutien appuyé du bloc occidental à l'Ukraine en appliquant des sanctions économiques contre des entreprises et des individus politiques russes ainsi qu'en fournissant une aide militaire et humanitaire au gouvernement de Kiev."

HORS-SERIE

5/10/2022

Analyse OSINT-GEOINT : le cas de la prison d'Al-Sinna en Syrie par Patrick L.


Le renseignement en sources ouvertes (OSINT) joue dans ce mélange entre semi-vérités et semi-mensonges, tout peut se révéler instructif. La recherche de vérités est intrinsèque de l’OSINT. En OSINT, toutes les sources se valent et la question existentielle que l’on doit se poser c’est : Pourquoi, l’information présentée serait pertinente ? Il ne faut pas en déduire que les traits énoncés précédemment ne sont pas primordiaux, mais que des sources relayant de la désinformation voire pire peuvent être extrêmement enrichissantes et instigatrices de vérités.

Nous allons d’étudier ici un évènement récent, oublié mais d’une importance considérable : Le soulèvement de Daesh à la prison d’Al-Sinaa. Plus qu’une description absolument certaine des événements passés, cet article cherche à montrer quels renseignements ou hypothèses sont extrayables de vidéos/photos prises sur place. Surtout, il ne cherchera jamais à dissimuler l’inconnu et/ou les informations manquantes. Dans cet article, la difficulté de représenter des informations dans leur temporalité et spatialité sans perdre en lisibilité s’est révélée non évidente. Enfin, par la profusion de contenus publiés, tous ne pourront être traités. 

02/06/2022

 

L'art de la désinformation militaire et de la manipulation des perceptions - Par Marie Le Scolan

 

"(...) Un article est publié par la revue de défense russe « Voyenno Promyshlennyy Kurier », « Le courrier militaro-industriel ». Son auteur, Valeri Guerassimov, alors chef de l’état-major général des forces armées de la fédération de Russie, y développe sa « doctrine Guerassimov ». Cette doctrine préconise l’application de stratégies
informationnelles et d’opérations psychologiques dans le cadre de la guerre hybride, une méthode militaire alliant guerre conventionnelle, guerre asymétrique et cyberguerre . En tant que stratégie militaire, la guerre hybride connait un essor grandissant. La guerre en Ukraine en est par ailleurs un exemple très pertinent, lui donnant, malheureusement, ses lettres de noblesse. La guerre hybride consacre la perte d’efficacité de la dissuasion nucléaire et de la guerre conventionnelle en elle-même, tout en affirmant la puissance des stratégies non conventionnelles telles que les stratégies informationnelles, informatiques, et psychologiques.

Ainsi, cette guerre hybride est une stratégie favorable à l’émergence et à la complexification de certaines menaces asymétriques et non-conventionnelles telles que les menaces informationnelles. Parmi elles, la désinformation est en première ligne (...)"

20/05/2022

 

L'implantation russe en République centrafriaine : le rôle du groupe Wagner - Par Ambre Réau

 

"Depuis l’effondrement de l’Union soviétique, les SMP russes se développent de plus en plus, notamment dans les régions où la Russie a des intérêts. Le groupe Wagner est intervenu notamment une première fois en Ukraine en 2014, ainsi qu’en Syrie et en Lybie. Depuis 2013, la République centrafricaine est plongée dans une crise sécuritaire et humanitaire. Un écosystème de groupes armés font face au pouvoir central tenu par le président Faustin Archange Touadéra. La République centrafricaine intéresse fortement la communauté internationale puisque la situation est issue principalement d'un conflit économique sur les ressources minières, comme l’uranium et le pétrole.

L’utilisation des SMP, par rapport à celle des armées régulières, est un point intéressant à développer. En effet, les États peuvent être présents indirectement, par les SMP, sur des zones de conflits où ils sont retirés. L’Afrique, dans toute sa grandeur, attire les acteurs tels que la Chine, les pays de l’Union européenne et la Russie. Il est aussi intéressant d’éclaircir la stratégie utilisée par le Kremlin pour rivaliser avec les autres pays intéressés et pour étendre son influence."

03/05/2022

 

La nécessité du temps long dans la Grande Stratégie - Par Jules Rioche

 

"Au-delà de la langue, des rites, et traditions, l’histoire est un outil au service d’un Etat afin de construire des points de repères et une identité commune pour sa population à travers une perspective qui lui est propre. (...) 

De plus, il ne faut pas oublier que, dans le déroulement de cette histoire, figure en toile de fond la géographie. Élément fondamental d’un Etat puisque « la carte crée le territoire et le bien commun, la tentation du voisin et donc le conflit : chacun regarde dans le jardin de son voisin, se méfie de son regard et se bat pour défendre ses intérêts et c’est bien cette notion d’intérêt qui s’avère centrale dans toute politique humaine, c’est elle qui a façonné l’histoire des peuples et celle des Etats. […] le rapport à la terre – ou à la mer – est à la base de tout, en particulier de l’état d’esprit d’une population, de la défense des biens particuliers puis de celle des intérêts nationaux». (...)

Ces deux éléments sont à la racine de ce que le Général Bruno Mignot nomme les « invariants stratégiques ». Ces derniers sont des clés de lecture afin de concevoir les comportements d’Etats ennemis ou alliés avec le plus de pertinence possible, en l’occurrence ici, et de manière non exhaustive, les Etats-Unis, la Russie, la Chine et la France, car comme disais Sun Tzu « connais ton ennemi et connais-toi toi-même eussiez-vous cent guerres à soutenir, cent fois vous serez victorieux».